• Accueil
  • Le blog
  • S'habiller éthique !
Imprimer la page
Mode & Bien-être

S'habiller éthique !

En résumé : 

  • La fabrication d'un vêtement entraine de nombreux impacts à toutes les étapes
  • Les solutions existent : les vêtements de seconde main, en lin / chanvre, en matière recyclée...
  • L'entretien est important pour prolonger la durée de vie d'un textile (lavage, réparation, etc.)

Depuis des temps lointains, nous portons des vêtements pour nous protéger du froid ou de la chaleur. Au cours du XIVème siècle, avec la multiplication des échanges commerciaux, le vêtement s’embellit. Il a depuis pris une grande importance dans nos vies.

Aujourd’hui, de grandes chaînes internationales proposent à des prix attractifs des vêtements issus des dernières tendances. Leur fabrication comprend de nombreuses étapes et procédés qui nuisent parfois à l’environnement et aux personnes qui les fabriquent et les portent. En effet, l’industrie textile compte parmi les plus polluantes au monde

Quel est le problème ?

Les matières

Pour faire un vêtement, une paire de chaussures, un sac, il faut de la matière première.

Pour obtenir cette matière, on élève des animaux (matières animales), on cultive des plantes (matières végétales) ou on la fabrique grâce à différents procédés chimiques (matières synthétiques, artificielles). Il existe aussi des matières premières secondaires, ce sont les matières recyclées. Produire la matière est le premier maillon de la chaîne de fabrication.

La production de ces différentes matières a des impacts importants :
 

 

Les matières animales : Dans certains pays (Chine, Australie...), les animaux élevés pour l’industrie du textile, du cuir et de la fourrure vivent le plus souvent dans des conditions difficiles, dans de petits espaces, sous-alimentés ou sont maltraités.

On utilise souvent du chrome et des produits chimiques pour tanner le cuir, substances toxiques que l’on retrouve, via les rejets des eaux usées non traitées, dans les rivières.

Ces produits chimiques intoxiquent les êtres humains ainsi que la faune et la flore des rivières. 

 

Les matières végétales : Un quart de la production mondiale des fibres textiles provient du coton.

Sa culture nécessite beaucoup d’eau, de soleil et de pesticides. Cela entraîne une pollution agricole et un risque pour la santé des cultivateurs.

L’eau est une ressource rare dans certains pays. Lorsque la pluie n’est pas suffisante, on détourne l’eau des rivières, des lacs et des nappes phréatiques pour irriguer les champs.

 

Les matières synthétiques : Aujourd’hui, 70% des fibres synthétiques produites dans le monde proviennent du pétrole.

D’autres fibres artificielles, comme celles issues de la production de bois, impactent la biodiversité.

En effet, quand une seule espèce d’arbre est cultivée, celle-ci puise toujours les mêmes nutriments dans le sol et l’épuise.

Le cycle de vie d’un vêtement

Toutes les étapes de la fabrication d’un vêtement jusqu’à son recyclage ont des répercussions sur l’environnement, les êtres humains et l’économie à travers le monde :
 

1. La filature et le tissage

Les fabricants enduisent les fils de graisse ou de cire pour qu’ils soient plus résistants. Ainsi ils se cassent moins dans les machines industrielles.

Après le tissage, le tissu est lavé pour être débarrassé de ces produits. Cette étape est très polluante car elle rejette dans les eaux usées des substances toxiques.

Cela détruit les écosystèmes en particulier quand l’eau n’est pas traitée avant d’être rejetée dans la nature. Elle peut ainsi nuire à la biodiversité et à la santé des êtres humains.

2. La teinture

Depuis le XIXe siècle, la mise au point de l’eau de javel a permis de gagner du temps pour les opérations de blanchiment.

Mais elle libère du chlore qui se combine avec des molécules organiques contenues dans les sols, l’eau et l’air. Absorbé par les plantes, puis par les animaux, il se retrouve dans la chaîne alimentaire et arrive jusqu’aux êtres humains.

C’est aussi vrai pour tous les produits chimiques et colorants utilisés lors de l’étape de teinture (métaux lourds dans les pigments, solvants chlorés, acides…).

3. La confection

La fabrication des vêtements exige le travail de nombreuses personnes, car les machines ne remplacent pas la précision et le savoir-faire humain.

La mondialisation de l’industrie textile met en concurrence les entreprises qui cherchent à produire à moindre coût. Les conditions de travail des ouvriers textiles sont donc souvent très dures. De même, ils travaillent souvent sans protection sociale ni syndicale avec des salaires en dessous des minima vitaux.

4. Les traitements spéciaux

Un des procédés permettant de délaver le jean est le sablage. Du sable est pulvérisé à haute pression à l’aide de canons. Les ouvriers qui font ce travail sont exposés à la poussière de silice qui s’introduit dans leur organisme par les oreilles, le nez et la bouche.

Un autre procédé pour donner au jean une teinte délavée est de le frotter avec des pierres.

Tous ces procédés consomment une grande quantité d’eau, d’énergie et sont extrêmement néfastes pour la santé des ouvriers.

5. Le transport

Certains pays d’Asie se spécialisent dans la fabrication de textiles et d’habillement à des prix très compétitifs.

Pour les distributeurs et les marques, il devient moins cher de payer du carburant pour transporter les vêtements que de les faire fabriquer en Europe.

6. L’entretien

Nous consommons beaucoup d’énergie pour laver, sécher, repasser nos vêtements.

Le lavage des vêtements en matières synthétiques comme le nylon, le polyester, l’acrylique ou l’élasthanne, libère des microparticules de plastique dans les eaux usées. Ces microparticules ne sont pas dégradées dans les stations d’épuration et finissent dans les océans. C’est la principale source de pollution des océans devant les sacs plastiques.

Les lessives peuvent être très polluantes quand elles contiennent des parfums et des substances peu biodégradables comme les tensioactifs.

7. Le recyclage

Nos habitudes de consommation nous poussent à renouveler rapidement notre vestiaire. Certains d’entre nous ne portent leurs vêtements qu’une dizaine de fois avant de s’en débarrasser.

Cela entraîne un volume de déchets textiles de plus en plus important qu’il faut traiter d’une manière ou d’une autre : 624 000 tonnes de déchets textiles produits par les ménages en 2018 en France pour seulement 167 000 tonnes recyclés.

Quelles sont les solutions ?

Besoin d’acheter un textile ?

 

 

Privilégiez l’achat de textile en lin ou en chanvre.

Ces cultures ont l'avantage de nécessiter moins d'eau et de pesticides pour pousser, par rapport au coton.

La Normandie est le premier producteur mondial de lin avec de nombreuses coopératives en région.

 

 

Achetez des textiles issus du recyclage.

Les polaires sont issues du recyclage des polyesters et des bouteilles en plastique. Il existe également des vêtements contenant du coton recyclé ou de la laine recyclée.

Cela permet d’économiser les ressources.

 

 

 

Achetez des vêtements de seconde main.

Les vêtements d'occasion ne provoquent pas d’impact supplémentaire à l’achat. Au contraire, cela rallonge la durée de vie du vêtement et remplace l’achat  d’un nouveau vêtement neuf.

De plus, c’est gagnant pour tout le monde car c’est bien souvent moins cher.

 

Louez vos vêtements.

Il arrive que l’on achète des vêtements que l’on ne portera qu’une fois par an ou très rarement : un costume, une robe de soirée, … A présent il est possible de louer ces textiles pendant 48h ou plus !

Double avantage : ça ne remplit pas vos armoires et le vêtement est porté beaucoup plus souvent.

Achetez des vêtements avec un label environnemental recommandé.

Pour être labellisés, les industriels s’engagent à limiter l’usage de produits toxiques et allergènes, ainsi qu’à réduire le plus possible leurs impacts sur l’environnement et la santé humaine.

Voici un panel de label spécifique au textile dans lequel vous pouvez avoir confiance :

L’entretien de vos vêtements

 

  • Laver à 30°C ou 40°C permet de faire des économies d’énergie,
  • Éviter le nettoyage à sec, très polluant,
  • Laver moins, un vêtement porté un jour n’est pas sale,

 

 

  • Sécher le linge à l’air libre dès que c’est possible,
  • Réparer les vêtements si c’est possible,
  • Eviter les lessives et adoucissants fortement parfumés et utiliser des lessives avec un label environnemental recommandé :

 

 

 

 

Enfin, pensez à trier et recycler tous vos textiles et chaussures même usés ou abîmés car ils peuvent avoir une deuxième vie!

Il suffit de les rapporter dans un point d’apport volontaire prévu à cet effet : locaux d’associations, conteneurs, boutiques, etc. Ils doivent être propres et secs, les chaussures liées par paire, dans un sac fermé.

Ils peuvent servir de matières premières pour de nouveaux vêtements ou accessoires.

Ainsi, la boucle est bouclée

Où puis-je trouver ces produits ?

Les vêtements d’occasion peuvent se trouver dans les boutiques gérées par des associations présentes autour de chez vous, dans les vide-greniers de votre quartier, sur des sites spécialisés ou dans les friperies. Ces dernières sont de vrais magasins de mode ! Chaque boutique à son style et propose des pièces uniques, sélectionnées pour aller avec l’identité du shop. 

Il est possible d’acheter des textiles dans des magasins spécialisés pour les vêtements en lin et chanvre. La Normandie est le premier producteur mondial de lin, nous avons de nombreuses coopératives linières sur le territoire qui proposent des vêtements dans leurs magasins. Acheter chez eux, c’est soutenir directement la filière lin de notre région tout en respectant l’environnement.  

De plus en plus de boutiques proposent des textiles labellisés, elles sont encore assez rares mais cela tend à évoluer dans le bon sens. Il est plus facile de trouver ce type de vêtements en ligne mais on ne peut pas essayer. 

Il existe des offres de locations de vêtements permettant de s’offrir une superbe tenue pour le temps d’une soirée, d’un mariage ou d’un évènement particulier. Des abonnements existent également où l’on paye chaque mois pour avoir accès à un catalogue de vêtements / accessoires à louer.

Pour trouver ces points de ventes, rendez-vous sur l’accueil du site, indiquez l’endroit où vous souhaitez acheter et choisissez la catégorie “Textile”. N’oubliez pas de cliquer sur « Consommez #M!EUH » et appuyez sur la loupe. Bonne recherche !

Sources

Article issu en majeure partie du guide “Le revers de mon look” de l’ADEME

Déchets chiffres clés - ADEME Edition 2020 

La mode sans dessus-dessous - ADEME